Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2016

Dédales obscurs

Ma vie tourne actuellement autour du thème de la communication dans tous les domaines.

Par exemple, le rapport avec les personnes âgées, et notamment avec celles d'entre elles atteintes de démences diverses et dont le vécu est forcément obscur pour nous.

Mais aussi dans les relations interpersonnelles en général et le dédale des interférences, interprétations, incompréhensions, bonnes intentions mal perçues, etc. Tout ça n'est pas neuf pour moi. J'avais déjà eu une petite formation à l'écoute il y a une dizaine d'années. Et j'ai récemment participé à 2 conférences sur le sujet.

Il y a aussi la communication avec mes pupilles syriens et leur famille qui connaissent à peine quelques bribes de français. On tâtonne de part et d'autre. On y arrive plus ou moins bien ...

De plus, dans ce dernier domaine, je découvre les dédales administratifs compliqués où j'ai l'impression de chercher ma route à tâtons. J'y rencontre aussi le personnel. Efficace ou non, motivé ou non, accueillant ou non, rigide ou souples. Bref, un peu de tout. Plus de positif que de négatif je dois dire. J'ai le plaisir par ailleurs de capter des regards bienveillants, de recevoir des mots de reconnaissance, de constater la solidarité. Ça fait du bien !

Et last but not least, il y a la communication entre mon conscient et mon inconscient. Là au moins, il n'y a que moi et moi en cause. Ce n'en est pas plus évident pour autant. J'y ai aussi cette impression labyrinthique. Je suis contente d'être aidée pour cela en psychanalyse. Il y a des recoins sombres qui sont maintenant éclairés davantage. Pas de changement du point de vue des symptômes jusqu'à présent, mais ça, je commence à me demander si c'est le plus important ...

09/11/2016

Sidération !

Il a gagné ! Comment est-ce possible ?!

29/10/2016

Structurée ou non

Nots me fait le commentaire suivant sur ma note précédente :

"... ta réflexion Sur le fait d'être dérangée et que le bazar ambiant chez toi reflète le fait que tu ne sois pas rangée dans ta tête, m'étonne. En effet tes écrits sont toujours très structurés, Les mots bien choisis Et tu donnes au contraire à lire L'aspect de quelqu'un de très ordonné et de très cadré. A gratter, non ?"

Bonne remarque ! Je l'ai déjà "grattée", mais n'ai rien trouvé de parlant, malheureusement.

Plusieurs réflexions me viennent par rapport à ça.

IMG_7791.JPGPar exemple, au contraire de certain(e)s qui planquent leur bazar derrière les portes pour que ça ne gêne pas la vue, mes placards et tiroirs à moi sont bien rangés. C'est à l'extérieur que ça se gâte. Là où ça se voit, justement.

IMG_7792.JPGAlors, si mes écrits sont bien structurés (merci pour le compliment !) ma tête peut-être aussi, globalement, mais quelque part, dans un coin reculé de la Gaule, quelque chose résiste ! Quelque chose de puissant ! Quelque chose qui a dû tomber dans la potion magique.

Suis-je quelqu'un de très cadré ? On touche là à quelque chose qui me parle. Je dirais que je suis peut-être même quelqu'un de "trop" cadré et qui se rebelle contre ce cadre en foutant le boxon !

Un placard, ou un coin de placard de mon esprit est coincé ! C'est sûr ! En fait, je sens en moi un fort conflit entre aspiration à l'ordre et besoin de bordel.