Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2017

À la recherche du père (2)

Pourquoi j'ai des doutes quant à ma filiation biologique avec mon père ? La question m'est posée par Chloé sur ma note précédente.

Depuis plusieurs dizaines d'années, la pensée que mon père n'est peut-être pas mon père biologique me traversait de temps en temps l'esprit, vu que je ne lui ressemblais pas physiquement et encore moins mentalement.

Quand j'étais ado, ma mère s'est trouvée enceinte et s'est fait avorter, en concertation avec mon père (biologique ou non). Elle m'a dit qu'elle avait fait une fausse couche. Bien plus tard - j'étais déjà maman de deux adolescentes - elle m'a avoué que cet enfant n'était pas de lui. Je connaissais le géniteur. Petit à petit, j'ai commencé à m'imaginer que moi aussi j'avais pu être conçue hors mariage. Il y avait sans doute là un désir. J'aurais pu fantasmer un autre père que celui-là ...

Au cours de ma thérapie, j'ai fait faire un test adn qui n'a malheureusement rien donné. J'ai été déçue, mais pas gravement. Je ne m'étais pas fait trop d'illusions. La question ne me taraude pas, mais reste en suspens dans un coin de ma tête. Elle va et vient sans s'annoncer. Il y a 15 jours encore, je réfléchissais aux hommes de l'entourage de ma mère à l'époque de ma conception et à la façon dont je pourrais les retrouver. J'ai 2 noms, mais pas de prénoms, pas d'adresse. C'est peu. Je ne suis pas assez motivée pour entreprendre de vraies recherches. Par moment, je souhaiterais avoir une réponse. À d'autres moments, je me dis que ça ne changerait pas grand-chose ...

 

20/11/2017

À la recherche du père (1)

Forcément, quand on fait une psychanalyse, le père, la mère, les frères et sœurs, tout le monde y passe ... Moi, pour le moment, c'est beaucoup mon père. Sous plusieurs formes. Est-il vraiment mon père biologique ? Et puis, que la réponse soit négative ou positive, comment me suis-je construite par rapport à lui. En opposition, apparemment. Quand je nous compare, je suis à 99 % différente de lui. Par réaction. Par révolte. Inconsciemment, bien sûr.

C'est tout cela et bien d'autres choses qui sont remuées depuis plus de 2 ans maintenant. Par moment, j'ai l'impression de tourner en rond. D'avoir déjà tout dit. De me répéter. C'est le cas, mais parfois, quelque chose d'inattendu émerge. Par exemple, est-ce que vraiment je suis bordélique parce que mon père ne l'était pas ?! J'aurais pu au moins m'approprier ses qualités. Ma psy me dit que le sujet est à explorer, puisque je le soulève. Elle ajoute que plutôt qu'essayer de répondre à la question, il est plus intéressant de laisser venir ce qui émerge. C'est ça qui n'est pas simple quand on a eu une éducation cartésienne. Arrêter de chercher la logique. Un fait n'engendre pas un résultat. C'est tout un sac de nœuds qu'on cherche à défaire. On ne saisit pas forcément comment les fils se sont empêtrés. C'est un peu comme en physique quantique. On n'y comprend rien quand on réfléchit sur base de nos connaissances de la physique "classique".

En tout cas, si je ne range pas plus qu'auparavant, si je ne nettoie pas davantage, il y a des choses qui bougent. Ça ne se voit pas, mais ça se sent. Dans la relation avec mon mari, par exemple. Mais aussi, depuis quelque temps, je dirais un mois ou deux, je renoue de plus en plus souvent avec ce sentiment de bien-être qui m'envahit de temps en temps de manière impromptue, sans qu'un événement particulier n'en soit la cause. Nots avait parlé de cette sensation dans une de ses notes. Moi, je venais d'en vivre une de ce type peut de temps auparavant et il y avait longtemps que ce n'était plus arrivé. Depuis, cela m'arrive régulièrement. Je ne m'attendais pas du tout à ça. Et je trouve que ça vaut de l'or !

04/10/2017

Picolo a quitté ma fille !

Picolo commence à sortir de son hyper attachement à ma fille. Il va à l'école sans rechigner. Il ne lui demande plus systématiquement de venir le chercher le plus tôt possible. Il n'aime pas trop son institutrice, mais ne s'en plaint plus. Il est inscrit à 2 activités extra-scolaires qui lui plaisent (jusqu'à présent). Il ne pleure plus quand je vais le garder parce qu'elle doit assister à une réunion le soir.

À quoi est dû ce changement ? Je pense que cela vient notamment du fait que ma fille a commencé elle-même une activité scoute au sein de l'unité de Picolo. Elle fait maintenant partie de ce qu'ils appellent "le clan". Il s'agit d'un groupe de parents organisateurs. Elle adore ça. Elle vient d'être nommée chef en plus ! Comme elle est très motivée, Picolo sent qu'elle a une vie en-dehors de lui. Une vie qu'elle choisit et non qu'elle subit, comme l'obligation de travailler pour subvenir à leurs besoins. Je crois que ça va aider à la dé-fusion mère-fils.

Ce WE, d'ailleurs, il y a eu un "drame de rupture" ! Ma fille s'est énervée contre lui. Il s'est fâché, disant qu'il ne voulait plus d'elle comme maman. Qu'il ne voulait plus vivre avec elle. Elle lui a dit que c'était une bonne idée ! Et il a pris la porte !!! Elle était si énervée qu'elle l'a laissé faire. Elle s'est quand même un peu inquiétée se demandant si elle n'allait pas le voir passer dans la rue, devant l'immeuble. Puis elle a entendu la porte d'entrée se rouvrir. Il était resté dans le hall des ascenseurs. Il lui a tendu les bras en disant : "Câlin ?" Ils se sont enlacés. Il lui a assuré qu'il ne voulait pas d'une autre maman. Et elle lui a dit qu'elle ne voulait pas non plus qu'il parte. Qu'elle avait dit ça parce qu'elle était fâchée. Il a ajouté :"Et puis, où est-ce que j'irais dormir ? Dans la poubelle ?" Ils ont ri.

J'imagine déjà comment ça va se passer quand il sera adolescent ...