Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2020

Patricia (2)

Quand Patricia m'a lancé son "pourquoi tu me cherches misère ?" j'ai été tellement choquée que je n'ai plus eu envie de "dialoguer" avec elle, surtout que j'avais l'impression que c'était Pascal, son mari, qui me répondait. C'est pourquoi j'ai répondu : "Je te cherche misère ? Je suis très surprise que Patricia écrive ça, mais je me le tiens pour dit !" Cela signifiait pour moi que je me retirais de la soi-disant discussion. Ensuite, j'ai eu envie de la supprimer comme amie Facebook, mais j'ai préféré attendre d'être plus calme. Un peu plus tard, la pression redescendue, je me suis dit : "Mais enfin, Quantique, qu'est-ce qui t'arrive ? Ton ego a été égratigné et du coup tu mettrais fin à une amitié de ... 15/20 ans pour quelques mots malheureux somme toute pas si graves ? " Et je me suis calmée. J'ai envisagé de recontacter Patricia pour expliquer que mes questions n'étaient pas une attaque guerrière, comme elle le prétendait et que je pensais qu'entre amies, on pouvait se dire ce qui gênait. Mais j'avais l'impression que j'allais me battre contre des moulins à vent. J'ai donc hésité. Et à force d'hésiter, je n'ai rien fait. Plus tard encore, j'ai capté sa photo de couverture facebook, j'y ai inscrit le nom de son mari : "Pascal &" et la lui ai renvoyée. J'ai positionné le nom de son mari de telle façon qu'en la chargeant en tant que photo de couverture, il se retrouverait juste au-dessus de son nom à elle et ça donnerait ceci :

89872089_649892252473486_5874834525791453184_o.jpg

J'ai proposé ça parce qu'un moment donné, elle m'avait dit qu'elle avait essayé de changer son nom pour en faire Patricia et Pascal Machin. J'estimais que c'était un geste d'apaisement et d'amitié. Et j'étais assez fière de ma trouvaille. Elle m'a remerciée gentiment, comme si de rien n'était. Elle allait essayer, mais, étant nulle en manipulations de ce genre, si je ne voyais rien apparaître, c'est qu'elle n'avait pas réussi. Rien n'est apparu ... Peut-être qu'elle n'en avait d'ailleurs pas spécialement envie. Les choses en sont restées là ... pour le moment ...

 

 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail

26/04/2020

Amitié - Patricia (1)

Je vais vous parler d'une de mes anciennes collègues, Patricia avec laquelle je m'étais liée d'amitié, et qui a toujours été super gentille avec moi. Nous sommes restées en contact très épisodiquement quand elle a changé de boulot. Ses mails étaient toujours plein de "ma petite Quantique" et de compliments en tout genre. Cela me faisait sourire tant ça me paraissait exagéré.

Or, depuis quelque temps, son mari, Pascal, s'exprime sur sa page facebook à elle. Je lui ai demandé (à lui) pourquoi il n'avait pas sa propre page. C'est elle qui m'a répondu qu'il n'en avait pas envie et qu'elle partageait donc la sienne avec lui. Je lui ai demandé si, dans ce cas, ils étaient d'accord avec tout ce que disait l'un ou l'autre. La réponse n'est pas venue tout de suite et pas dans ce fil de commentaires.

Entretemps, j'avais échangé brièvement avec Pascal qui avait publié une réflexion personnelle un peu confuse sur ce que cacherait le covid19. "Et si c'était l'installation massive de la 5G ?" sans donner les tenants et les aboutissants du supposé complot.

Je lui demande pourquoi parmi toutes les théories de complot, il privilégie plutôt celle-là et lui en cite quelques autres (dont une que j'invente pour m'amuser.LOL.) Il me répond que depuis plus de 5 ans, il lit souvent sur "des sites" qu'en 2020, il y aurait une crise économique bien plus grave que celle de 2008. Or, nous sommes en 2020 !" Il affirme aussi que l'OMS connaissait la virulence du virus, puisque les états parlaient déjà de pandémie avant qu'il n'y ait réellement pandémie.

Je lui demande sur quels sites il a lu ce genre de "prédiction". (Nostradamus aurait-il parlé de ça ?) et lui explique que le terme pandémie a effectivement été utilisé à tort par les médias avant que cela n'en soit une, mais c'était juste une erreur de vocabulaire, comme ils l'ont expliqué en rectifiant le tir.

Et voilà que le bonhomme dérive sur la chloroquine et le Professeur Raoult et, je cite :"A propos de la 5G, je vais essayer de retrouver le lien, mais j'ai lu que en confinant les personnes on pouvait faire des test à l'échelle humaine sur les effets nocifs et que s'ils en mourraient, cela serait mis sur le dos du covid-19. J'ai lu ça AVANT l'apparition du covid-19 !" Le lien, il ne doit pas l'avoir retrouvé. L'a-t-il seulement cherché ? Le fait est qu'il ne s'en est jamais expliqué.

Ce n'est qu'en retranscrivant ces échanges que je comprends mieux les méandres de ses cogitations. Au moment même, perplexe, je lui demande des éclaircissements. Et là, il ne me répond plus du tout ... Je n'insiste pas.

Quelques jours plus tard, signé de leurs deux noms, apparaît une publication dont le titre est : LES QUESTIONS QUI NOUS SONT POSÉES. Il s'agit des questions que j'ai posées, moi. Je trouve le procédé un peu étrange, mais bon ! En tout cas, mes interventions ont dû les interpeller. Le texte est sensé être écrit par Pascal, vu qu'il est au masculin. Mais il est signé par les deux. Ils citent quelques-unes de leurs références, sites et livres et disent qu'ils se concertent et sont d'accord sur tout ce qui est écrit.

En commentaire, je dis que d'écrire sur la page facebook de quelqu'un d'autre crée de la confusion. Et que je ne reconnais pas Patricia dans la virulence de certains propos. Pourquoi ne pas avoir chacun la sienne ? Je dis aussi être gênée d'avoir des réponses qui n'en sont pas ou pas de réponse du tout. Et je demande si je suis sensée aller consulter les 5 sites et 6 bouquins nommés afin de trouver la réponse aux questions que j'ai posées à Pascal ? C'est Patricia qui me répond (Pourquoi elle ?), très gentiment, dans un commentaire particulièrement long, qu'on ne peut pas se souvenir de tous les endroits où l'on a lu quelque chose, qu'elle ne croit plus tout ce qui est dit à la télé - d'ailleurs elle n'a plus la télé - qu'elle est restée intrinsèquement la même et qu'elle ne comprend pas pourquoi je parle de virulence. Dans la deuxième moitié de son long commentaire, elle me cite un extrait d'un des livres de Thich Nhat Hanh qui illustre que celui ou celle qu'on a été peut avoir totalement disparu au profit d'une nouvelle personne. Ceci pour expliquer que son mari a foncièrement changé. Qu'il n'est plus celui qu'il a été et qui l'a fait beaucoup souffrir. Qu'il a mené un long combat et l'a gagné grâce aux constellations familiales. Qu'ils se sont retrouvés, qu'elle l'aime de toute son âme et que c'est réciproque, etc. (Je résume très fort)

Je réponds en me réjouissant de cette transformation et en m'étonnant qu'elle l'évoque aussi longuement alors que je ne fais aucune allusion à leurs violents différents d'une certaine époque. Je précise aussi les mots virulents que j'ai relevés : "dictateur Macron, me(r)dias, racaille ...

Sa réponse, qui n'en est pas une, me laisse sur le ... derrière : "Moi ce que je trouve vraiment bizarre et désolant, c'est que quelqu'un qui veut le bien comme TOI, qui fais merveilleusement bien ta part - qui s'adresse à quelqu'un d'autre qui veut le bien comme nous, alors pourquoi tu me cherches misère? Si les personnes qui veulent le bien de l'humanité se battent pour des peccadilles, alors comment serons-nous unis au moment de faire front???
Peut-être que tu as foi en Macron, et dans les mass media, et bien nous pas, mais comme on le dit à chaque fois, ce n'est QUE notre avis, et nous laissons à tout un chacun le droit de penser ce qu'il veut... Bisous.

Je n'en reviens pas ! Dire ce que l'on trouve gênant c'est se battre ? Je lui cherche misère ?! Elle, d'habitude exagérément gentille, me parle comme si je l'avais agressée ! Dans la seconde, je suis sûre que c'est lui qui m'a répondu et pas elle. D'autant qu'il y avait une faute d'orthographe et que Patricia n'en fait pas. Je suis tellement surprise que je réponds simplement : "Je te cherche misère ? Je suis très surprise que Patricia écrive ça, mais je me le tiens pour dit !" Je l'écris de cette façon à cause du doute sur l'auteur du commentaire et que je n'ai pas envie de m'étendre alors que je vois qu'on évite de me répondre vraiment.

Revenue de ma surprise (un peu), j'examine de plus près leur façon d'écrire à tous les deux. Je vérifie la faute d'orthographe. Zut ! C'est moi qui me trompais. Il n'y a pas de faute d'orthographe. Et les caractéristiques de la ponctuation correspondent à la façon d'écrire de Patricia. Il y a donc toutes les chances que ce soit bien elle qui l'ait écrit.

Ce commentaire de ma part restera sans réaction.

Je raconterai (peut-être) dans une prochaine note pourquoi j'ai du mal à croire à la rédemption de Pascal et ce que je crains pour mon amie ...

 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mai
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail

26/11/2019

Inscription et émotion

Jusqu'en mai dernier, ma pupille ne m'avait donné aucun souci scolaire alarmant. Mais depuis, c'est le chaos ! En juin, elle était carrément en décrochage scolaire. Elle devait choisir une option professionnelle pour l'année scolaire suivante et peut-être une nouvelle école. Il serait trop fastidieux d'énumérer tous ses changements d'avis et les multiples raisons qu'elle a invoquées pour les justifier. En résumé, tout tournait autour du fait qu'elle ne voulait pas être dans une école sans au moins une de ses cousines. Alors qu'elle voulait faire coiffure, elle m'a laissé l'inscrire dans une école d'habillement parce que l'une de ses cousines s'y inscrivait également. C'est alors que j'ai compris où était sa priorité. La présence de la cousine d'abord, l'option ensuite. C'était le 9 octobre, un bon mois après la rentrée ! Elle y accuse déjà plusieurs absences injustifiées et un tas de retards. "C'est à cause du tram, madame." Malheureusement ladite cousine a changé de direction et bien sûr Yasmine veut faire de même. Je l'ai donc inscrite aujourd'hui dans la même école que 3 de ses cousines (!) Il s'agit d'enseignement en alternance : 2 jours d'école par semaine, 3 jours de stage, dans un salon de coiffure, ce qu'elle ne voulait absolument pas faire en septembre. Le lien qui l'unit à ses cousines est tellement important qu'elle a demandé à l'accompagnateur qui s'occupait de son inscription pourquoi elle ne pouvait pas être dans la même classe qu'elles. Il ne lui a pas caché que c'était mieux pour leur concentration à toutes et qu'elle devait savoir qu'elle bénéficiait déjà d'une faveur car en principe les classes étaient complètes. C'est d'ailleurs ce qui m'avait été annoncé au départ, avant que je plaide en sa faveur.

Depuis toutes ces histoires, je l'ai vue beaucoup plus souvent qu'auparavant et nos relations se sont enrichies. Sa timidité s'est envolée, elle me parle plus ouvertement et nous rions même ensemble. En allant faire faire des photos d'identité que l'école lui réclamait, elle m'a demandé tout à coup s'il y avait d'autres "élèves" dont je m'occupais. Je lui ai répondu qu'il y avait aussi un garçon avant. "Oui, je l'ai vu quand on était au CGRA (Commissariat Général aux Etrangers et Apatrides, qui octroie le statut de réfugié)" - "C'est ça. Mais à 18 ans, étant majeur, il n'a plus eu besoin de moi et je ne l'ai plus vu. Elle m'a dit : "Et moi, quand j'aurai 18 ans ?" - "Et bien, tu pourras décider pour toi-même et signer tout ce qu'il faut sans avoir besoin de personne d'autre. Elle hoche la tête brièvement puis ajoute : "Oui, mais moi je vous aime !" Vous auriez vu ma tête, mes aïeux ! "Oohhh ! Mais c'est gentil de me dire ça ! Moi aussi, je t'aime ! Mais, tu sais, on pourra toujours se voir. J'aimerais bien avoir de tes nouvelles. Mais seulement ce ne sera plus mon travail de m'occuper de toi." Elle sourit. Je souris. Je suis secouée !

Après la déclaration d'amour (tardive) de Jamal que je raconte dans ma note précédente, voilà celle de Yasmine qui m'émeut tout autant ! Ce qui est fort, c'est cette façon directe d'exprimer un sentiment subtil, qui est due à la mauvaise maîtrise de la langue. L'estime, l'affection, l'amitié, toutes ces nuances n'existent pas dans leur vocabulaire. Il faut donc utiliser les mots qu'on connaît. Pas de fioriture. Pas de louvoiement. "Je vous aime !" Point barre. :)