Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2020

Comment réagir ?!

Hier matin, quand on a appris le résultat des élections américaines, j'ai eu très envie de poster quelque chose sur facebook à ce sujet. En même temps, je ne voulais pas provoquer ma fille aînée ni lui faire de peine. Je refusais les  "bon débarras" ou les "ouf, quel soulagement !" Puis j'ai entendu à la radio quelqu'un qui avait publié une phrase qui m'a inspirée. Je l'ai adaptée à ma sauce : " Bonjour Monsieur Biden, je ne sais pas ce que vous réussirez à faire durant ce mandat, mais je vous souhaite beaucoup de courage dans ce monde en folie !" En guise d'illustration, j'ai choisi une photo où Joe écarte les mains en signe d'ouverture (plutôt que le poing levé). Cela me semblait être suffisamment neutre pour ne pas donner lieu à polémique. Ce n'était ni spécialement pour Biden, ni contre Trump.

Ma fille aînée avait déclaré respecter ma demande de ne plus me parler ni de Trump ni des complots. Je ne pensais donc pas qu'elle réagirait à ma publication. Mais elle l'a fait : "La nomination de Biden ne sera pas officielle avant le 14 décembre, actuellement c’est la période des recours comme le stipule la constitution américaine." Ma première idée a été de lui dire simplement :"Je sais", sans autre commentaire. Mon mari me conseillait de ne pas réagir. Il avait raison, cela n'aurait servi à rien. Mais l'agacement ne me quittait pas. J'aurais bien eu envie de lui dire qu'il faudrait qu'elle rappelle cette règle à tous les autres chefs d'Etat qui ont félicité Joe Biden, sans attendre le 14 décembre, eux. Ils ne doivent pas être au courant que des recours sont possibles ! Là, je deviens ironique et je sais que ça ne ferait qu'envenimer les choses. Je me tais donc.

Tout à coup, je m'aperçois qu'une ancienne copine de classe qui habite aux Etats-Unis lui répond : "Trump peut essayer, mais il y a trop d’écart, il ne pourra rien faire." Ma fille de répondre :" Peut-être bien mais rien n’est sûr. L’avenir nous le dira. Voir scénario en 2000 avec Bush vs Gore." Ma copine: " Mais c’était différent ! Il n’y avait que 500 votes de différence et cette fois ci, il y en a 4 millions. Il fait l’enfant gâté !" Ouille ! Comment va-t-elle réagir maintenant ?

En tout cas, elle en a appris des choses sur les élections américaines ! Elle qui la semaine dernière ne savait même pas qu'on avait un nouveau premier ministre en Belgique, ni que Sophie Wilmès, qui a dû gérer le coronavirus avant lui, était première ministre du gouvernement intérimaire.

 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
C'est bizarre, non ?
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail

Commentaires

hé bé ! j'ai tout lu et j'admire ta patience et ton abnégation.
Pour moi, tout ceci (ses idées complotistes, ses emprises, sa logorrhée, ses changements d'humeur...)sont des symptômes. A-t'elle un traitement, un suivi par un spécialiste pour son "burn out" ( je mets des guillemets, parce que c'est un mot fourre-tout qu'on utilise maintenant à toutes les sauces)?
Tu sais, je pense que tu ne peux pas "raisonner" avec quelqu'un lorsqu'il est dans cet état (d'esprit) là.
Son intellect n'est pas accessible, c'est complètement vain, son psychisme est envahit et prend le pas sur tout le reste. Je ne te dirais pas de l'écouter en touriste ( c'est impossible, tu connais trop bien le pays ! ) mais comme quelqu'un qui a une maladie que tu ne peux pas, toi, guérir.
Tu connais l'histoire du mathématicien John Nash et le film tiré de son histoire ?

Écrit par : Nots | 09/11/2020

Répondre à ce commentaire

PS : je ne pense pas que ce soit ce dont souffre ta fille, mais c'est pour illustrer le mécanisme qui auto entretient le complotisme...en revanche ce que tu décris d'elle me fait penser à autre chose.

Écrit par : Nots | 09/11/2020

Répondre à ce commentaire

J'ai pas mal de patience, effectivement. Mais de temps en temps elle se fait la malle. C'est arrivé quelquefois ces temps-ci. J'estime que ce n'est pas grave. Et peut-être même que parfois c'est bon. Si je devais mettre un nom sur les symptômes que je décris ce serait la bipolarité. Mais peu importe le nom. Tout comme ce burn-out qui comme tu dis est mis à toutes les sauces. Elle était hyper stressée (son médecin aussi) et elle n'en pouvait plus de son boulot. Elle avait des angoisses le matin. Et elle n'a pas de traitement ni de suivi.

Je n'irais pas jusqu'à dire qu'elle est malade psychiquement. Il y aurait beaucoup de malades en ce moment car ils sont nombreux à croire aux complots de toutes les sortes. C'est parce que je n'arrivais pas à dialoguer avec elle que j'ai mis fin à son discours. Et je m'y tiens jusqu'à présent.

J'ai vu le film dont tu parles. C'était un très beau film d'ailleurs.

Écrit par : quantique | 10/11/2020

Moi aussi j'ai pensé à la bipolarité. Qui est une maladie. Mais qui ne se définit pas par une tendance au complotisme évidemment. C'est l'ensemble des symptômes que tu décris concernant ta fille depuis plusieurs années qui m'y a fait penser.

Je pense que tu as tout à fait le droit de perdre ta patience, tu n'es pas un robot, tu ne peux pas rester neutre en toute circonstance. oui, effectivement on en avait déjà discuté précédemment moi je pense que ce n'est pas souhaitable.

Écrit par : Nots | 10/11/2020

Répondre à ce commentaire

Oui, bien sûr, la bipolarité est une maladie. Mais je ne sais pas si ma fille en est réellement là ou si c'est seulement une tendance.

Écrit par : quantique | 10/11/2020

Écrire un commentaire